Depuis plusieurs mois, les sociétés offshore sont sous les projecteurs. Et la raison est plutôt simple, puisqu’elle est liée à l’actualité. En effet, les Panama Papers ont remis les paradis fiscaux au goût du jour. Malheureusement, dans la vague d’informations que relayent les médias, il y a du bon… mais aussi du très mauvais. 

Beaucoup confondent optimisation fiscale et fraude fiscale. Ce sont deux choses bien différentes, puisque la première est totalement légale ! C’est d’ailleurs une pratique très courante chez les multinationales qui dégagent de gros bénéfices annuels. Qu’est-ce qu’une société offshore ? Comment ouvrir la sienne ? Les réponses dans cet article !

Ouvrir une société offshore : totalement légal

Malgré la croyance populaire (les médias n’y sont pas pour rien), ouvrir une société en dehors de son pays de résidence est entièrement légal. La seule condition est la suivante : les profits réalisés doivent être déclarés. 

Quand on voit comme il est facile d’ouvrir une société offshore, il n’est pas étonnant qu’elles soient de plus en plus nombreuses. D’autant qu’elles apportent des avantages fiscaux non négligeables pour les directeurs et actionnaires.

Anonymat et vie privée : les sociétés offshore offrent le combo parfait

Contrairement à la plupart des pays Européens, les paradis fiscaux choisis pour établir une société offshore offrent bien plus de flexibilité. Dans la plupart des cas, les directeurs et actionnaires ne sont pas connus par le gouvernement sur place, puisqu’il n’existe pas de registre public. Autant dire qu’en terme d’anonymat, il est difficile de faire mieux… Mais les avantages ne s’arrêtent pas là.

Les juridictions concernées apportent un autre avantage, notamment au niveau des banques. Ces dernières disposent de l’arsenal parfait pour garder un maximum de discrétion. Et c’est plutôt une bonne chose. La discrétion des gouvernements n’est ainsi pas gâchée par un autre établissement. 

Alors, faut-il franchir le pas ? Si vous faites appel à un expert pour vous accompagner, bien sûr que oui. Si vous décidez de vous lancer seul… C’est une autre histoire.

Laisser un commentaire